EURL : décryptage des charges qui pèsent sur l’entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée

Si vous envisagez de créer une Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL), il est essentiel d’avoir une connaissance approfondie de toutes les charges auxquelles vous devrez faire face. Cet article explore en détail les obligations fiscales, sociales et comptables qui incombent à l’EURL, afin que vous puissiez établir un prévisionnel précis avant de vous lancer.

Les charges fiscales de l’EURL

Comme toute entreprise, l’ EURL est soumise à diverses taxes et impôts. Tout d’abord, elle doit régler la Contribution Économique Territoriale (CET) qui se compose de la Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) et de la Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE). Ces taxes sont calculées sur la valeur locative des biens immobiliers utilisés par l’entreprise pour son activité.

Ensuite, si l’EURL a opté pour l’impôt sur les sociétés (IS), elle sera redevable de cet impôt calculé sur son bénéfice net. Si elle a choisi le régime fiscal de l’impôt sur le revenu (IR), c’est le gérant associé unique qui sera imposé personnellement sur le bénéfice de l’EURL.

Les charges sociales

Le gérant associé unique d’une EURL est assimilé à un travailleur non salarié (TNS) s’il a opté pour le régime fiscal de l’impôt sur le revenu. Ainsi, il doit payer des cotisations sociales au Régime Social des Indépendants (RSI). Ces cotisations couvrent la maladie-maternité, la retraite, les allocations familiales et la CSG-CRDS.

Si l’EURL a opté pour le régime fiscal de l’impôt sur les sociétés, le gérant est considéré comme un salarié et ses cotisations sociales sont versées au régime général de la Sécurité Sociale.

A lire aussi  Le développement fulgurant du business des courses en ligne

Les charges comptables

L’EURL doit tenir une comptabilité régulière et établir chaque année des comptes annuels comprenant un bilan, un compte de résultat et une annexe. Ces obligations peuvent nécessiter le recours à un expert-comptable dont les honoraires constituent une charge supplémentaire pour l’EURL.

Les autres charges

Au-delà des charges fiscales, sociales et comptables, il ne faut pas négliger les autres dépenses inhérentes à toute activité économique : loyer ou remboursement d’emprunt pour les locaux professionnels, frais liés à l’équipement et au matériel nécessaire à l’exercice de l’activité, assurance professionnelle, frais bancaires… Toutes ces dépenses doivent être anticipées dans votre prévisionnel financier.

‘L’étude préalable des différentes charges liées à une EURL est primordiale avant toute création d’entreprise’, souligne Patrick Roger, expert-comptable chez Fiducial. ‘Cela permet d’éviter bien des surprises et surtout d’évaluer au plus juste le besoin en financement initial.’

Pour résumer ce parcours dans le monde complexe des charges que doit supporter une EURL : il convient non seulement d’avoir une bonne compréhension du système fiscal français mais aussi d’être capable de planifier judicieusement ses dépenses en fonction du statut juridique choisi. Comprendre ces aspects peut aider grandement dans la réussite future de votre entreprise.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*