Comment obtenir les licences nécessaires pour l’ouverture de votre bar ?

Ouvrir un bar est un rêve pour beaucoup, mais avant de pouvoir servir vos premiers clients, il est indispensable de respecter certaines réglementations et d’obtenir les licences nécessaires. Dans cet article, nous vous guidons à travers les étapes à suivre pour mettre toutes les chances de votre côté et lancer votre établissement en toute légalité.

1. Préparer et planifier votre projet

Avant de vous lancer dans les démarches administratives, il est essentiel de bien préparer et planifier votre projet. Établissez un business plan solide qui détaille vos objectifs, vos moyens financiers et humains, ainsi que votre stratégie marketing. Pensez également à choisir un emplacement stratégique pour votre bar, en tenant compte des règles d’urbanisme et des contraintes liées au voisinage.

2. Choisir le statut juridique de votre entreprise

Pour ouvrir un bar, vous devrez créer une entreprise. Plusieurs options s’offrent à vous concernant le statut juridique : la société anonyme (SA), la société à responsabilité limitée (SARL), l’entreprise individuelle, etc. Chaque structure présente des avantages et des inconvénients en termes de responsabilité, de fiscalité et de gestion. Prenez le temps de bien étudier ces différentes options et de choisir celle qui convient le mieux à votre projet.

3. Obtenir la licence d’exploitation

La première licence à obtenir pour ouvrir un bar est la licence d’exploitation. Elle est obligatoire pour tout établissement qui souhaite vendre des boissons alcoolisées. Il existe plusieurs types de licences en fonction des boissons que vous souhaitez proposer :

  • La licence II, qui autorise la vente de boissons non alcoolisées et de boissons fermentées non distillées (vin, bière, cidre…).
  • La licence III, qui permet également la vente de toutes les autres boissons alcoolisées dont le degré d’alcool est inférieur à 18° (porto, vermouth…).
  • La licence IV, qui autorise la vente de toutes les boissons alcoolisées, sans limite de degré.
A lire aussi  Les acteurs clés du marché des biscottes

Pour obtenir la licence d’exploitation, vous devrez suivre une formation spécifique et réussir un examen. Cette formation peut être dispensée par des organismes agréés ou par certaines chambres consulaires. Le coût varie en fonction des organismes et du type de licence souhaitée.

4. Obtenir l’autorisation d’ouverture

Outre la licence d’exploitation, vous devrez également obtenir une autorisation d’ouverture. Cette dernière est délivrée par la mairie du lieu où se situe votre établissement, après vérification de la conformité des locaux aux normes d’hygiène, de sécurité et d’accessibilité. Pour cela, vous devrez constituer un dossier comprenant notamment :

  • Un plan des locaux
  • Un document attestant de la conformité des installations électriques
  • Un document attestant de la conformité des installations sanitaires

En cas de travaux nécessaires pour mettre les locaux en conformité, vous devrez également fournir un engagement écrit à réaliser ces travaux dans un délai donné.

5. Respecter les obligations légales et réglementaires

Enfin, n’oubliez pas que l’ouverture d’un bar implique le respect de certaines obligations légales et réglementaires, telles que :

  • L’affichage des prix et des horaires d’ouverture
  • Le respect des horaires de vente d’alcool
  • L’interdiction de vente d’alcool aux mineurs et aux personnes en état d’ébriété manifeste
  • La mise en place d’un dispositif permettant aux clients de vérifier leur taux d’alcoolémie (éthylotest)

Pour ouvrir votre bar en toute légalité, veillez donc à bien vous informer sur ces obligations et à les respecter scrupuleusement.

En résumé, l’ouverture d’un bar nécessite une préparation rigoureuse et le respect de nombreuses réglementations. En suivant les étapes décrites dans cet article, vous mettrez toutes les chances de votre côté pour obtenir les licences nécessaires et lancer votre établissement en toute sérénité. Bonne chance dans cette belle aventure !

A lire aussi  DADS-U : Comprendre la déclaration automatisée des données sociales unifiée

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*