Affacturage avec recours ou sans recours : quel choix pour votre entreprise ?

Face aux enjeux de trésorerie et de financement des entreprises, l’affacturage s’impose comme une solution efficace et souple pour optimiser la gestion des créances commerciales. Mais comment choisir entre l’affacturage avec recours et l’affacturage sans recours ? Quels sont les avantages et les inconvénients de chacune de ces options ? Cet article vous propose un éclairage complet sur ces deux formules d’affacturage afin de vous aider à faire le meilleur choix pour votre entreprise.

Qu’est-ce que l’affacturage ?

L’affacturage est une technique de financement qui permet aux entreprises d’externaliser la gestion de leurs créances clients en transférant celles-ci à un établissement financier spécialisé, appelé factor. Le factor se charge alors du recouvrement des factures auprès des clients débiteurs, permettant ainsi à l’entreprise de disposer rapidement de liquidités pour financer son activité. L’affacturage peut prendre plusieurs formes selon les besoins spécifiques de chaque entreprise, et il existe notamment deux types d’affacturage : l’affacturage avec recours et l’affacturage sans recours.

Affacturage avec recours : définition et fonctionnement

L’affacturage avec recours est la formule d’affacturage la plus répandue. Dans ce cas, le factor avance jusqu’à 90 % du montant des factures cédées par l’entreprise, puis se charge de leur recouvrement auprès des clients débiteurs. Toutefois, en cas de non-paiement d’une facture par un client, le factor se retourne contre l’entreprise pour récupérer les sommes avancées. Ainsi, l’affacturage avec recours n’élimine pas totalement le risque d’impayés pour l’entreprise, qui doit éventuellement rembourser le factor en cas de défaillance de ses clients.

A lire aussi  Le financement participatif

Affacturage sans recours : définition et fonctionnement

À l’inverse, l’affacturage sans recours est une formule qui garantit à l’entreprise la prise en charge du risque d’impayés par le factor. En effet, si un client ne règle pas une facture dans les délais prévus, le factor ne se retourne pas contre l’entreprise et assume la perte financière liée à ce non-paiement. L’affacturage sans recours offre ainsi une sécurité supplémentaire pour l’entreprise, qui est protégée contre les impayés et peut ainsi mieux maîtriser sa trésorerie.

Avantages et inconvénients de chacune des formules

L’affacturage avec recours présente plusieurs avantages pour les entreprises :

  • Un coût généralement inférieur à celui de l’affacturage sans recours : en effet, comme le risque d’impayé reste supporté par l’entreprise, les frais facturés par le factor sont moins élevés.
  • Une plus grande souplesse dans la sélection des factures à céder au factor : l’entreprise peut choisir de ne céder que certaines factures, en fonction de ses besoins de trésorerie ou de la qualité de sa relation avec ses clients.

Cependant, cette formule comporte également des inconvénients :

  • Un risque d’impayé toujours présent pour l’entreprise, qui doit être en mesure de rembourser le factor en cas de défaillance de ses clients.
  • Une charge administrative potentiellement importante pour l’entreprise, qui doit suivre les impayés et gérer les éventuels litiges avec ses clients.

De son côté, l’affacturage sans recours offre les avantages suivants :

  • Une protection contre les impayés : l’entreprise est assurée de recevoir le paiement des factures cédées au factor, même en cas de défaillance de ses clients.
  • Une simplification de la gestion des créances : le factor prend en charge le recouvrement des factures et gère les éventuels litiges avec les clients débiteurs.
A lire aussi  Le scandale de Panama Papers

Néanmoins, cette formule présente aussi quelques inconvénients :

  • Un coût généralement plus élevé que celui de l’affacturage avec recours : le factor facture des frais supplémentaires pour assumer le risque d’impayé à la place de l’entreprise.
  • Une sélection plus stricte des factures éligibles à l’affacturage sans recours : le factor peut refuser certaines factures présentant un risque de non-paiement trop important à ses yeux.

Comment choisir entre l’affacturage avec recours et l’affacturage sans recours ?

Pour déterminer quelle formule d’affacturage est la plus adaptée à votre entreprise, il convient de prendre en compte plusieurs critères :

  • Votre niveau de tolérance au risque d’impayé : si vous souhaitez sécuriser au maximum votre trésorerie et limiter les risques liés aux impayés, l’affacturage sans recours peut être une solution intéressante.
  • Votre budget : si vous êtes prêt à assumer un coût plus élevé pour bénéficier d’une protection contre les impayés, l’affacturage sans recours peut là encore être une option pertinente. En revanche, si vous souhaitez limiter les frais liés à l’affacturage, l’affacturage avec recours sera généralement moins coûteux.
  • La qualité de votre portefeuille clients : si vous travaillez avec des clients solvables et fiables, le risque d’impayé est moindre et l’affacturage avec recours peut suffire à répondre à vos besoins. À l’inverse, si votre clientèle présente un risque de non-paiement plus élevé, l’affacturage sans recours peut être préférable.

Il est donc essentiel de bien analyser vos besoins spécifiques et les caractéristiques de votre entreprise avant de choisir entre l’affacturage avec recours et l’affacturage sans recours. Vous pouvez également solliciter l’avis d’un expert en financement pour vous accompagner dans cette démarche et vous aider à faire le meilleur choix pour votre activité.

A lire aussi  Financer son activité de consultant indépendant : les clés pour réussir

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*