Victoire de Donald Trump au Sénat : une réforme fiscale historique

Le mercredi 20 décembre 2017 est pour les Américains une date historique : Donald Trump a obtenu du Sénat l’adoption de sa réforme fiscale. C’est la plus grande baisse d’impôts que le pays a connue depuis de nombreuses décennies. Quelles sont les conséquences de cette réforme sur l’économie américaine ?

Une baisse révolutionnaire

La réforme fiscale du Président américain a eu pour effet de diminuer les impôts de 21 à 35 %, ce qui favorisera, dans un futur très proche, les entreprises de l’oncle Sam. En revanche, cette baisse d’impôts coûtera à l’État 1.500 milliards de dollars, dans les dix prochaines décennies. Les républicains ne s’inquiètent pas de ces chiffres et estiment que la croissance en sera accrue de 3 % et plus. À la différence des sociétés, la permanence de la baisse ne concerne pas les familles, sauf en cas d’accommodement sur le long terme.

Les démocrates sceptiques

Une réforme similaire avait déjà été votée en 1986, mais cette fois-ci aucun républicain n’a voté favorablement. Malgré quelques accrochages, le parti républicain a remporté le vote. Leur nombre a aussi joué en leur faveur, car parmi les 239 républicains de la Chambre, une douzaine seulement a omis de voter.

Un pied-de-biche pour Obamacare

Le Président américain venge ainsi le plan économique Obamacare, vivement critiqué, de ces trois dernières années. La réforme fiscale revendique par ailleurs la suppression définitive d’une amende instaurée par Obamacare, à l’encontre des Américains exempts d’assurance.

Une loi pas si parfaite

Malgré tous ses apports positifs, la réforme n’aura pas un effet général illimité ni permanent. D’après des simulations effectuées, les Américains finiront au bout de quelques années, à payer plus qu’ils ne le font aujourd’hui, et ce, malgré la baisse des impôts. La croissance européenne a ainsi peu de chances d’en être améliorée.

Unanimement acclamée par la population, la réforme fiscale de Donald Trump chamboule tout un système financier. Pour un pays aussi influent que les États-Unis d’Amérique, il est évident que les répercussions atteindront le vieux continent. Mais les mauvais côtés de cette loi ne sont-ils pas plus importants ?