Le scandale de Panama Papers

Le 3 avril 2016, en exclusivité, l’ICIJ (Consortium International des Journalistes d’Investigation) dévoile au monde entier les procédés fiscaux et financiers douteux d’un ensemble de 140 personnalités célèbres, tels des chefs d’État, des artistes, des sportifs et même des banques. Plus d’une centaine de journaux diffusent cette énorme fuite de documents partout dans le monde, et discrédite aux yeux de tous des exemples vivants de la droiture.

La plus grosse fuite de données de toute l’histoire du Journalisme

La fuite vient du cabinet d’avocats Mossack Fonseca. Retenez bien ce nom ! Pas moins de 11,5 millions de documents ont fuité de ce cabinet panaméen, divulguant par ailleurs une longue liste de noms de célébrités. Parmi lesquelles peut-on citer les noms de 12 chefs d’État, dont Vladimir Poutine, Salmane Al Saoud, Xi Jinping, Bachar Al-Assad ; des stars du football tels que Lionel Messi ou encore Michel Platini ; le cinéaste Pedro Almodovar, l’acteur Jackie Chan, et encore bien d’autres personnes de renom. On rapporte que c’est le Süddeutsche Zeitung, un quotidien allemand, qui serait à l’origine de cette fuite.

Le scandale en question

Si le Panama Papers dérange tant, c’est à cause des activités qui s’y déroulent. En effet, le Panama abrite plus d’une centaine de milliers de sociétés opaques. Ces sociétés-écrans font circuler le capital de leurs propriétaires de façon à brouiller les pistes en cas d’enquête. On parle alors d’optimisation fiscale, qui est l’utilisation légale, mais illégitime des faiblesses du système dans le but de réduire ou d’annuler les impôts. Certains créent même des sociétés offshores, c’est-à-dire exemptées de taxes, afin de conserver au maximum leur capital. Le recours aux paradis fiscaux tels que la Suisse, les iles Caïman ou Panama est finalement assez courant dans le monde fiscal.

Une image ternie par le scandale

Le Panama Papers a fait couler beaucoup d’encres. Ce qu’on peut constater dans un premier temps est que l’opinion politique est divisée quant à la moralité de l’optimisation fiscale. Le ministre de l’Information pakistanais de réitérer que les paradis fiscaux et leur utilisation ne constituent en soi aucun délit. Mais les personnes qui ont été mentionnées dans le Panama Papers ont pour la plupart été discréditées. Lionel Messi, qui était déjà impliqué dans une affaire de fraude fiscale avec son père, quelques mois auparavant, a été encore plus humilié.

Un film retraçant cet évènement « historique » est annoncé, et la fuite de Panama Papers devrait bientôt être citée dans les livres d’histoire. Ce scandale, qui a touché une grande partie du monde de la célébrité, restera sans doute dans les annales.

Une banque en ligne, pourquoi et comment ?

Des spots télévisés aux annonces radio, on entend vantés les avantages des comptes des banques en lignes. Mais sont-ils accessibles à tous et quels sont les avantages de ces banques par Internet ?

Une banque en ligne c’est quoi ?

Une banque en ligne est un établissement bancaire qui vous permet de gérer votre argent par Internet. L’établissement est virtuel dans le sens où il n’existe pas d’agence physique dans laquelle vous pouvez vous rendre et rencontrer des conseillers. La banque est néanmoins bien réelle ; autorisée à exercer elle est, en outre, souvent filiale de grands groupes connus.

Que proposent les banques en ligne ?

Les services proposés par ces cyberbanques sont la gestion

  • des comptes courants,
  • des comptes épargne,
  • de placements boursiers
  • de crédits.

Quels sont les avantages des banques en ligne ?

Leur point fort est indéniablement financier. Les banques classiques répercutent des frais sur différents services pour, notamment, de couvrir leurs coûts de structure. Les banques en ligne n’ayant pas la charge d’agences commerciales démultipliées peuvent se permettre d’offrir la gratuité des frais de gestion de compte, de carte bancaire ou de certaines commissions bancaires. Et cela ne s’arrête pas là puisqu’elles versent même de l’argent à l’ouverture de compte et proposent des taux de rémunération d’épargne supérieurs sur les produits non réglementés.

Les banques en ligne sont-elles accessibles à tous ?

Ces banques sont accessibles à un très large public. A partir du moment où une personne a des revenus réguliers, globalement supérieurs au SMIC, n’a pas été fichée par sa précédente banque pour incident de paiement ou de remboursement de crédit, elle peut facilement ouvrir un compte personnel. Par contre, si elle ne dispose pas de ces revenus minimum cela pourrait être difficile, voire impossible à moins qu’elle puisse verser des montants d’épargne significatifs à l’ouverture du compte.

Les comptes professionnels sont, de façon générale, encore largement exclus de ces systèmes en ligne au grand regret de nombre d’entrepreneurs, notamment individuels.

Comment gère t-on ses comptes ?

Tout se fait en ligne, un peu sur le même principe que la plupart des opérations réalisées aujourd’hui via les portails internet ou applications dédiées mis à disposition par les banques classiques.

Et des conseillers financiers restent joignables 6 à 7 jours par semaine selon les établissements pour vous guider en cas de besoin.

Une nouvelle façon de gérer son argent.

Comment faire un virement en ligne ?

Comment faire un virement en ligne ? Gérer mes finances, payer le loyer, prendre de l’argent sur mon compte, tout ceci sans avoir à me déplacer. Facile à réaliser, le virement en ligne apporte la solution. Il permet de gérer ses finances personnelles sans bouger de chez soi. Gratuit dans la plupart des banques, il constitue un mode de paiement très utile pour beaucoup consommateurs. Dans les lignes suivantes, nous vous dirons comment faire un virement en ligne et en toute sécurité.

Quels transactions puis-je faire en ligne ? 

Si vous êtes bancarisé, vous pouvez faire plusieurs opérations en ligne. D’abord, vous pouvez réaliser des virements internes, c’est-à-dire des virements entre comptes dont vous êtes le titulaire dans la même banque, aussi, vous pouvez faire des virements externes ou virements de votre compte vers un autre. Enfin, vous pouvez mettre sur pied des virements permanents pour pouvoir en choisir la fréquence, la date et le montant, tout ceci en ligne, c’est à dire sur internet, sans vous déplacer, un service disponible 24 heures sur 24 et pendant tous les jours de la semaine.

Comment procéder ?

Tout d’abord connectez-vous sur le site de votre banque et assurez-vous que la page internet que vous utilisez pour les virements en ligne est bien sécurisée. Pour cela, vérifiez bien l’URL ; elle doit commencer par « https » pour vous permettre de faire vos opérations sans risque dans le protocole. Lors de votre connexion, vous devrez renseigner votre identifiant et votre mot de passe. Contactez votre banque si vous ne disposez pas encore de ces informations. Pour faire un virement interne, choisissez le compte à débiter et celui que vous voulez créditer ainsi que le montant que vous souhaitez transférer.

Pour faire un virement externe, vous aurez besoin des données bancaires du compte qui doit recevoir le transfert c’est-à-dire le RIB ou les codes IBAN et BIC du bénéficiaire. De nos jours, beaucoup de banques en Europe remplacent le RIB par le tandem IBAN ET BIC.

Pour mettre en place un virement permanent (payer votre loyer par exemple), aller dans l’onglet « virement » du site de votre banque puis cliquez sur « Virement Permanent ». Ensuite, choisissez le montant, la date et la fréquence de votre virement. Attention !  Certaines banques destinataires peuvent ajouter des frais alors pensez d’abord à vérifier vos convention de compte.

Etre accompagné de professionnels c’est mieux pour aboutir plus efficacement à notre projet

Lorsque nous avons l’idée de créer un projet professionnel, nous voulons que tout se passe bien, pour éviter tout désagrément. Pour cela, nous devons établir un “business plan” sans faille pour attirer dans nos filets la confiance des organismes financiers. Notre projet prend allure réelle et notre statut juridique commence à paraître, mais pour gérer notre projet efficacement, s’associer avec une agence qui nous correspond est nécessaire. 

Des organismes présents pour nous accompagner 

Trouver une aide utile pour notre stratégie économique est précieux à la création d’un projet professionnel, et surtout au bon fonctionnement de notre activité. Comme chacun d’entre nous ne possède pas les qualités liées à la comptabilité ou en droit, mieux vaut se tourner vers des professionnels qui seront aptes à gérer tous les pourtours de leurs spécialités

Du côté de Brest, des banques coopératives seront présentes dans l’accompagnement de notre projet

Pour élaborer un “business plan”, l’environnement économique dans lequel nous souhaitons nous orienter, devra être connu parfaitement. L’étude de marché est essentielle et efficace, mais doit aussi être centrée vers d’autres milieux comme les domaines politiques, juridiques et environnementales. 

Notre projet doit être établi en association avec des spécialistes, afin d’obtenir de meilleurs bilans. Il faudra prévoir également une évolution du marché

Un projet bien ficelé et bien suivi est un projet avancé

Les organismes porteront intérêt à notre prévisionnel d’activité mais aussi, à nos connaissances du terrain. C’est pourquoi notre motivation et nos compétences seront conséquents pour avoir leur accord. 

Nous devons être entourés de personnes aptes à collaborer à notre réalisation, et cela, dès le commencement du projet professionnel. Qu’ils soient clients, partenaires ou collaborateurs, les organismes pourront s’intéresser à eux afin de mieux nous cerner. C’est pourquoi, ces personnes doivent être en adéquation avec notre plan

Avec leur accompagnement, nous bénéficierons de leur expérience et de leurs techniques afin de faire de plus amples connaissances qui pourraient nous mener au sommet de notre activité professionnelle.

Comment fonctionne votre banque ?

Ce n’est pas toujours facile de savoir comment fonctionne notre banque et ce qu’il est possible de faire ou non. Savoir si elle est en tort, si on est en droit de demander quelque chose, notre banque se cache bien souvent de nous renseigner sur ces informations. Comme partout, il vaut mieux être au fait de tous les détails d’une relation, surtout lorsque c’est votre argent qui est en jeu. Nous avons sélectionné, pour vous, des informations très utiles à savoir sur sa banque. 

– Demandez les chiffres.

Vous pouvez demander à votre banque de vous fournir l’ensemble des taux d’intérêts pratiqués, les taux de vos comptes et les parts prélevées. Au moindre changement, votre banque se doit de vous en informer. Grâce à ces données vous pourrez comparer les différents comptes entre les différentes banques, pour placer votre argent là où il sera le mieux.

– Restez connecté.

Si vous donnez votre accord à votre banque, vous pourrez recevoir vos relevés de compte directement sur internet. C’est plus simple, plus direct, et surtout cela peut vous éviter de payer des frais d’envois par courrier.

– Vos frais de compte.

Il est intéressant de choisir un compte à frais modiques, si cela est possible dans votre banque, pour ne payer vos transactions au minimum. Vous n’aurez qu’un nombre de transactions limités, mais largement suffisant pour une utilisation commune. N’oubliez pas qu’il existe de nombreux moyens pour ne pas payer ces frais (compte jeune, étudiants, retraité touchant le supplément d’aide, allocataire d’aide handicap).

Ne manquez pas de demander conseils à votre banque pour trouver le forfait qui vous convient le mieux. Un bon moyen d’économiser tous les mois.

– Aucune obligation d’achat.

Votre banque ne peut pas vous obliger à souscrire à un service pour pouvoir en prendre un autre. Il est possible que des promotion vous soient proposées si vous souscrivez à un ensemble de produits, mais cela restera toujours une option facultative.

– Aucune souscription automatique.

Vous ne pouvez pas être automatiquement inscrit à un nouveau service de votre banque, même si vous l’utilisez. Par exemple, si vous êtes en découvert, votre banque ne pourra jamais vous inscrire à des services de protection sans votre accord.

– Ne laissez pas vos fonds bloqués.

Certains de vos dépôts de chèque peuvent être bloqué pendant un certains temps, mais vous pourrez toujours récupérer les 100 premiers euros du montant si vous le déposez en personne.

– N’hésitez pas à vous plaindre.

De nombreuses banques tablent sur le fait que la majorité ne demandera pas justice, alors n’hésitez pas à faire valoir vos droits. Cela peut vous éviter de perdre de l’argent bêtement, et de nombreuses lois sont là pour vous aider à faire plier votre banque. Le client est roi, après tout.

Les banques coopératives

En règle générale, il semblerait qu’une banque soit une banque et qu’il n’en existe qu’une forme. En fait, non il existe la banque commerciale classique, celle où les actionnaires sont décisionnaires, et la banque coopérative où ce sont les clients qui sont décisionnaires.

Les clients d’une banque coopérative, également appelée banque mutualiste, se voient offrir une casquette réversible lorsqu’ils ouvrent un compte. D’un côté ils sont client, d’un autre, ils sont sociétaire.

Fonctionnement d’une banque coopérative

Il n’y a pas d’actionnaires. Les clients sont sociétaires et prennent part aux décisions de l’établissement. On connait le Crédit Coopératif, la Banque Populaire, le Crédit Mutuel, la Caisse d’Epargne ou encore le Crédit Agricole (avec un fonctionnement par caisses régionales).

Si aujourd’hui, elles en font des publicités remarquées, elles ne sont pourtant pas nées hier, puisqu’elles ont vu le jour voilà près de deux siècles.

Quel est l’intérêt d’être sociétaire d’une banque ?

Le sociétaire est informé régulièrement des évolutions de son établissement bancaire. Et comme il participe aux Assemblées Générales, il est au fait de l’actualité de la banque et prend, lors de ces réunions, part aux décisions. Fenêtre sur cour, c’est avec transparence que sa confiance se forge. Les sociétaires peuvent apporter leur avis sur les axes pris par la banque et cela que le sociétaire ait une part ou plus. Peu importe le nombre, il aura toujours une voix.

Et dès lors que les clients deviennent sociétaires, ils peuvent se voir accorder certains avantages, notamment des tarifs préférentiels accordés pour des transactions ou des frais de dossiers.

Dans les faits

Pour devenir sociétaire, il faut acquérir des parts sociales (une part sociale n’est pas une action, le client n’est donc pas actionnaire mais sociétaire). Très généralement, le conseiller financier le propose à son client lors de l’ouverture du compte. Il n’y a aucune obligation d’achat. Le coût est en moyenne d’une quinzaine d’euros par part. Un client peut, à tout moment, acheter des parts.

Notons que les parts sociales ont des taux de rémunération fixe plutôt intéressant (3 %) soumis à un régime fiscal avantageux, ce qui tend à séduire les clients.